Accueil - Galerie peintures - Peinture orientaliste

Admiration pour la peinture orientaliste :

A l’instar de la peinture orientaliste  de la fin du 19ème siècle et du début du 20ème et l’attrait que suscitait l’orient et ses mystères, j’ai choisi d’utiliser la technique du pastel, pour son éclat de la lumière, la transparence, l’irisation de la peau et la texture du tissu, en vue d’aborder le thème du harem. Mais le harem, signifie quoi exactement ? La définition de ce mot, est « espace clos ». C’est le lieu réservé aux femmes dans l’empire ottoman et plus largement dans tout l’orient, jusqu’en Inde sous le nom de « zenana ».

Eugène Delacroix, Matisse et Ingres adeptes de la peinture orientaliste…

La particularité de la peinture orientaliste c’est l’utilisation des tons chauds et des tonalités de terre, d’ocres, de couleurs naturelles. Les thèmes évoqués peuvent être des scènes de chasse, de combat à cheval, de fantasia. Mais le plus connu est sans aucun doute celui du harem. Souvent peu ou mal compris des occidentaux qui y voient là, un lieu de débauche, le harem suscite l’ attraction et favorise l’imagination. Les voyageurs de l’époque raconteront toutes sortes d’histoires de cet endroit où dit-on, les femmes prennent des poses lascives et se livrent à des danses à l’érotisme torride…Pourtant sous l’empire ottoman, ce lieu n’est que l’endroit réservé aux femmes, où se croisent mère, filles, soeurs, épouses, odalisque, servantes et esclaves et interdit aux hommes !

La mode de l’orientalisme dans les salons bourgeois en Europe, continue de fasciner les esprits occidentaux pour cet ailleurs, pour ce qui est exotique. Le retour du Maroc et d’Algérie du peintre Delacroix, les poches remplies de ses carnets de croquis, participent à développer le goût des européens pour le voyage. Mais Delacroix est un orientaliste presque ethnologue et réaliste.. Le besoin d’ailleurs, la fascination pour ce lieu dont on raconte tant d’histoires sans qu’aucun n’ ait pu y entrer. On imagine le sultan entouré de son harem aux 1000 femmes… On pense aussi à « la Grande Odalisque » d’Ingres. Cette femme idéalisée qui se retourne vers le spectateur le narguant de sa colonne vertébrale démesurément longue…

Le harem traité par la peinture orientaliste aborde souvent des thèmes similaires : le bain turc, les femmes alanguies fumant le narghilé, les femmes cambrées dansant pour séduire le sultan, etc… Fidèle à cette tradition, j’ai tenté à ma façon la peinture orientaliste

 

tableau représentant 2 femmes fumant le narguilé à la façon de la peinture orientaliste.tableau au pastel représentant deux danseuses à la façon de la peinture orientalistetableau aux pastels représentant 2 femmes debout qui coiffent une plus jeune assise à la manière de la peinture orientaliste.Illustration aux pastels de femmes entrain de tatouer au henné à la façon de la peinture orientaliste
Peinture orientaliste représentant 3 femmes au hammamPeinture orientaliste représentant 4 femmes se baignant dans la cour d'un palais.Peinture orientaliste représentant une Odalisque fumant avec sa servante qui lui apporte le thé.

copyright

 

L’empire ottoman est étendu, je vous invite à poursuivre tout droit vers le sud ouest et découvrir mes oeuvres à la façon de la peinture ethnique : entre transe et danse, masques et musique et toute la magie des totems africains.

Tableaux sur le thème du harem : “Rêveries d’orient”
Titre des tableaux Série « les orientales » Format en centimètres Technique employée
« Le narghilé » Série « les orientales » 100 X 70 Pastels.
« La danse » Série « les orientales » 100 X 70 Pastels.
« La préparation » Série « les orientales » 100 X 70 Pastels.
« Le tatouage au henné » Série « les orientales » 100 X 70 Pastels.
« Le hammam » Série « les orientales » 100 X 70 Pastels.
« Le bain » Série « les orientales » 100 X 70 Pastels.
« L’Odalisque » Série « les orientales » 100 X 70 Pastels.